L’Association pour le Soutien aux Travaux de Recherches Engagés sur les Spoliations – Astres a créé cette année le Prix Marcel Wormser, visant à récompenser des travaux en lien avec la recherche de provenance. Deux lauréates ont été désignées pour cette première édition et récompensées lors d’une cérémonie qui s’est tenue au Palais du Luxembourg, le mardi 5 décembre 2023. 

Cérémonie de remise du Prix Marcel Wormser 2023 au Palais du Luxembourg © Astres

Le Grand Prix a été attribué à Coline Desportes, doctorante à l’EHESS, pour son travail « Acquérir des objets après l’indépendance : un échange entre le Sénégal et la France en 1966-67 ». Les membres du jury ont particulièrement apprécié l’étude des contextes historique et diplomatique, qui démontrent la part du politique dans les débats ayant trait à la provenance des biens culturels.

Le Prix Spécial a été remis à Virginie Cardoso pour un travail mené lors de son Master 1 à l’université Panthéon Sorbonne « La structuration de la recherche de provenance en Allemagne. Le cas de la Kunsthalle de Hambourg ». Le jury a salué la mise en valeur du rôle pédagogique des institutions muséales, en particulier lorsqu’elles conservent des biens à la provenance incertaine.

Le jury du Prix Marcel Wormser était présidé par Eric de Chassey, directeur général de l’INHA, et composé de  Sophie Cœuré, historienne et professeure à l’Université Paris-Cité, Antoine Djikpa, étude généalogique ADD & Associés, Bernard Fialaire, Vice-président de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat et sénateur du Rhône, Rainer Maria Kiesow, Vice-président de l’EHESS et juriste, Jean de Loisy, historien de l’art et de Caroline Piketty, conservateur émérite du patrimoine des Archives nationales.
Ces personnalités éminentes ont mis un point d’honneur à sélectionner des travaux faisant preuve d’originalité, de manière anonyme, et constituant un apport à la discipline de recherche de provenance.

Le Prix a été créé afin de rendre hommage à Marcel Wormser, co-fondateur de l’association avec Dominique Schnapper en 2019. Il avait eu l’idée de créer un prix visant à soutenir les travaux sur la traçabilité des biens culturels et encourager les jeunes générations de chercheurs. Comme Corinne Hershkovitch l’a rappelé lors de la cérémonie : 

« Marcel Wormser a lancé cette idée d’un prix en recherche de provenance destiné aux chercheurs car, très tôt, il a compris que ce métier de chercheur de provenance avait besoin d’être inventé, promu et mis en valeur. C’est sur les traces de Marcel Wormser que l’on s’inscrit aujourd’hui, c’est en son hommage que l’on a dénommé ce prix le Prix Marcel Wormser. »

Le Prix Marcel Wormser vise également à attirer l’attention des milieux professionnels concernés et du grand public sur l’importance de la recherche de provenance. Il entre ainsi dans les missions que s’est donné Astres au fil des ans : soutenir et encourager le développement de la recherche de provenance en tant que discipline autonome, et contribuer au développement des formations académiques en la matière. Comme le soulignait Éric de Chassey :

« L’histoire de l’art a eu tendance à ignorer cette question des provenances pendant très longtemps, à l’ignorer en tout cas à la minorer. Des générations d’historiens de l’art après la Seconde guerre mondiale ont travaillé sur des objets, sur des tableaux, sur des images sans se préoccuper beaucoup de leur parcours, de la manière dont ils avaient pu arriver là où ils se trouvaient au moment où on les étudiait. Malheureusement c’est seulement depuis un nombre d’années limité, hormis quelques pionniers, que cette question n’est arrivée véritablement sur le devant de la scène et de façon étonnante, et presque concomitante, pour ce qui concernait les spoliations des biens juifs, pour les spoliations dans des contextes en partie coloniaux mais pas seulement. »

Consultez la page web du Prix Marcel Wormser pour plus d’informations sur le prix, son règlement et son déroulé. Rendez-vous pour l’édition 2024 !

Auteur/autrice

Previous post Sur les traces du passé. L’état actuel de la recherche de provenance en Belgique – 2
CPRProvenances logo Next post En 2024, le CPRProvenances devient une association !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *